Revue de réflexion politique et religieuse soutenue par le Centre National du Livre (Ministère de la Culture).

En librairie : numéro courant

Numéro 130 : Retour politique des catholiques ?

Diminuée par une longue période de décadence morale et de perte d’identité, la France n’en conserve pas moins une position exemplaire dans le monde, pour le meilleur comme pour le pire. Certes il serait absurde d’isoler ce qui s’y passe d’une situation mondiale elle-même en mutation chaotique, pas plus que des changements qui affectent l’Eglise en cette fin de période postconciliaire, sur ce dernier point en dépit du laïcisme agressif qui s’honore d’être la marque d’exception de la République. Le réveil politique d’une partie significative des catholiques français est l’un des faits nouveaux apparus dans ce contexte général. C’est lui qui nous retiendra ici.

Accéder au sommaire | Parcourir des extraits | Achat du numéro, s'abonner

Blog (à venir)

Dossier : « Les nouvelles pédagogies »

Entretien sur les origines idéologiques et philosophiques de la crise actuelle de l’éducation.

Dossier : « L’Oc­ci­dent contem­po­rain - Thomas Molnar »

Le progrès amène ainsi l’homme à de nouvelles contradictions et à la prise de conscience que son autonomie, une fois achevée, est de nouveau à la recherche de l’hétéronomie. Et alors il est piégé. Non seulement par son orgueil qui ne se résout pas à extérioriser sa thèse ; mais aussi par l’abolition des structures externes et par leur remplacement par une culpabilité interne, qui étrangement, intensifie le mérite de l’individu.

Dossier : « L'affaire Sixte (1917-1918) »

Considérations sur les offres de paix autrichiennes de 1917-1918.  Dans le numéro 103 de Catholica est paru un article intéressant sur l’offre de paix séparée faite par Charles Ier d’Autriche à l’Entente au cours du printemps 1917 (Bernard Charpentier, « L’affaire Sixte. L’offre de paix séparée de Charles Ier d’Autriche », pp. 78-88). La proposition, effectuée à l’insu de l’allié allemand par l’intermédiaire du prince Sixte de Bourbon, beau-frère de l’empereur et officier de l’armée belge, ne réussit pas, comme on le sait. Cet échec peut être expliqué par une série de motifs.

> liste complète des billets...